On voit passer beaucoup d’information contradictoire à propos des véhicules électriques et il y a une raison assez simple à ça. En plus de la désinformation pure et simple, il y a beaucoup de facteurs qui rendent ces véhicules-là plus ou moins attrayants à acheter selon la région dans le monde où vous demeurez. La bonne nouvelle, pour nous en tout cas, c’est que le Québec est des meilleurs endroits dans le monde pour en acheter un. C’est en tout cas le meilleur endroit au Canada, et probablement en Amérique du Nord.

Cela dit, la situation n’est pas parfaite, évidemment.

Tout ça, ce n’est pas nous qui le disons, ce sont trois chercheurs de l’Université de Colombie-Britannique qui sont arrivés à cette conclusion après avoir comparé la plupart des facteurs qui touchent au coût d’acquisition et d’utilisation des véhicules électriques.

Et ce qu’ils disent est assez simple, en fin de compte : «le Québec a les conditions les plus favorables pour devenir propriétaire d’un véhicule électrique en raison de l’aide généreuse à l’achat et du prix très peu élevé de l’électricité».

Les chercheurs font aussi tomber quelques préjugés tenaces, comme le coût trop élevé de la technologie. Ils tiennent compte du prix d’achat, du coût de l’électricité, du kilométrage moyen parcouru par province, de la disponibilité et du coût de la recharge, et ils concluent : «pour les acheteurs qui ont un budget fixe et qui comparent l’électrique à l’essence, acheter un véhicule électrique de format modeste et d’une marque qui n’est pas luxueuse peut entraîner de grandes économies».

Les chercheurs de UBC ont fait cette recherche pour éclairer la stratégie des gouvernements relative à la décarbonation du transport. Leur première recommandation vu l’état du marché est de revoir l’aide à l’achat, qui est de 5000$ au fédéral et de 7000$ au Québec, pour que les véhicules plus luxueux et plus gros soient exclus. Au niveau fédéral, ils recommandent aussi de moduler l’offre pour favoriser le remplacement des véhicules là où ils sont actuellement les plus polluants, pour générer rapidement le plus grand bénéfice environnemental.

Enfin, pour ceux qui se le demandent encore, les véhicules électriques sont à tous les coups moins polluants que les véhicules à essence, y compris quand on tient compte de leur fabrication. C’est encore plus le cas au Québec, où le réseau électrique est le plus propre au Canada. Par comparaison, l’intensité carbone du réseau ontarien est 25 fois plus élevée que celle du réseau québécois.

Il n’y a donc pas de raison de se priver…

Le texte Le Québec est l’endroit rêvé pour les véhicules électriques selon l’UBC (University of British Columbia) provient de L’annuel de l’automobile – Actualité automobile